Mardi 17 décembre 2019 - 16:00

Mixez les outils !

Les outils pour mener une campagne efficace ne manquent pas. A vous de vous les approprier. Les témoignages ci-dessous vous donnent un aperçu de la créativité de nos délégués qui réalisent ainsi une campagne sur mesure.

Des délégués inspirés

On ne le dira jamais assez : il y a autant de campagnes qu’il y a d’entreprises. Voici quelques exemples de délégués qui débordent d’imagination.

Faire rimer humour et travail syndical

Lors des élections de 2016, tout le monde distribuait des tracts. Au bout d’un moment, pour sortir du lot et mettre clairement en valeur le travail réalisé par la délégation FGTB, nous avons parodié une émission très populaire en Flandre, "Everyone famous". J’ai enfilé un training des années 80 et je suis descendu dans la rue avec un sens de l'humour contagieux et des camarades pour enregistrer une vidéo qui a ensuite été diffusée sur Youtube.

Elle est facilement accessible pour les gens de l’entreprise et peut être partagée. Les collègues ont trouvé cela très drôle. Encore maintenant, on nous en parle. Pour le moment, nous réfléchissons à la possibilité d'essayer autre chose que le matériel de campagne classique pour offrir aux travailleurs de l'entreprise quelque chose d'interactif ou d'amusant. Parce que c'est comme ça que notre message marquera les esprits. 

Erik Lambert, Pétrole

Un site web sur mesure

Notre délégation a besoin de diffuser facilement et rapidement des informations pertinentes à des centaines de travailleurs à la fois. Les travailleurs se trouvent dans différentes sections et travaillent à des moments différents. La délégation FGTB a donc créé son propre site internet composé de trois parties: les informations syndicales générales (ex : des infos pour une action), les rapports du CPPT et du CE et enfin les coordonnées des délégués. Nous donnons une information claire tout en restant aussi accessibles que possible. Les collègues nous parlent souvent de ce qui est sur le site ou de ce qui n’y est pas.

Pour le moment, nous n’utilisons pas Facebook, Instagram ou Twitter. Mais nous y songeons. Nous aimerions utiliser un système qui nous permettrait d'informer automatiquement toute personne qui s'abonne volontairement à nos mises à jour, par exemple, des nouveaux documents disponibles sur le site web, de l'état actuel des négociations, etc.

Anthonie De Lausnay, chimie

Avec Facebook, les travailleurs sont à l’aise

Pour ma communication syndicale, j’ai créé un nouveau compte Facebook. C’est un canal qui offre beaucoup d’avantages, notamment le fait que les travailleurs osent parler au délégué sans avoir l’impression d’avoir les chefs dans leur dos. Lorsque je publie quelque chose, les travailleurs ne réagissent pas forcément mais ils reviennent en discuter dans l’entreprise ou nous contactent en privé sur Messenger. Les travailleurs sont contents de découvrir le planning ou les nouveaux avantages obtenus dans l’entreprise.

En communiquant via Facebook, je peux informer tous les travailleurs, même ceux que je ne croise pas forcément et j’essaye aussi de toucher toutes les populations de travailleurs. Enfin, vu que tous les collègues n’ont pas accès à un ordinateur au boulot, il est plus facile de communiquer via Facebook. Je fais toutefois attention de ne pas publier trop souvent des informations qui se ressemblent pour ne pas les « saouler ».

Marie Lardinois – Chimie

Un journal syndical, simple et efficace

Dans notre entreprise, nous tenions à informer nos collègues du travail que notre équipe syndicale effectue au quotidien. Nous avons donc lancé un journal syndical intitulé « Le Canard Rouche ». Il s’agit d’un mensuel que nous distribuons à l’ensemble des travailleurs, éparpillés sur différents sites. Il s’agit d’informations courtes et simples à la portée de chacun. Ce qui est très apprécié, peu importe la couleur...

En deux pages, nous survolons l’actualité de l’entreprise, le travail que nous effectuons ainsi que les campagnes de la FGTB, comme la campagne Fight for €14. Nous passons également en revue les nouveautés concernant les droits de travailleurs. Et ce, en toute indépendance de la direction.

Michel Leurquin - ETA